Liste d'Adhérents Huileries et Margarineries de France

15 12 03 Adherents Huileries et Margarineries de France (Pdf, 0,11 Mo)
 

HUILERIES DE FRANCE

Les produits de notre industrie connaissent depuis son origine des destinations multiples : alimentaire bien entendu, que ce soit par les huiles ou par les tourteaux utilisés en alimentation animale, mais également industrielles, en particulier avec le développement récent des biocarburants.
carte usines sur France en colza

Huileries de France représente les fabricants d’huiles et de tourteaux : l’industrie française de la trituration est principalement située dans les ports (Rouen, Dieppe, Brest, Saint-Nazaire, Bordeaux et Sète), mais également dans les zones situées dans les zones de production des graines oléagineuses : Compiègne, le Mériot, Lezoux et Lapalisse.

A l’inverse de la plupart de nos voisins européens, la trituration française est principalement tournée vers la transformation de graines de colza et de tournesol, qui représentent plus de 95 % des volumes.

Au regard du déficit structurel en protéines on mesure toute l’importance de la production nationale et communautaire en oléagineux, donc en tourteaux, qui doit impérativement continuer à être soutenue.

Les corps gras ont un rôle nutritionnel fondamental et n’ont pas vocation à se substituer aux matières premières d’origines fossiles et à leurs dérivés : la satisfaction de la demande alimentaire reste prioritaire.

En revanche ils contribuent à répondre aux défis énergétiques et environnementaux qui nous sont posés. L’histoire des biocarburants est récente et débute par un programme de recherche et développement engagé par la filière engagé dès 1985. En 1992, une étape est franchie avec la construction d’une usine-pilote de transformation d’huile végétale en biodiesel à Compiègne, suivie par l’inauguration du site de Grand Couronne en 1995.

La  « Loi sur l’air »  de 1996 instaure le droit pour chacun de respirer un air qui ne nuit pas à sa santé, puis en septembre 2004, est lancé un plan national de développement des biocarburants, qui très vite anticipera sur les objectifs communautaires, avec un objectif d’incorporation de 5.75% dès 2008, et de  7% en  2010.

La filière répond à cet accroissement de la demande, d’abord par l’évolution de la production d’oléagineux. Les programmes de recherche agronomique portent à  la fois sur la sélection variétale et l’amélioration des rendements.

Les triturateurs développent leurs outils de production, faisant de l’explosion de la demande en corps gras une opportunité.  Par ailleurs des programmes de recherche sont menés en faveur des nouvelles générations de biocarburants.

Les entreprises conduisant une activité de trituration sur le territoire français sont en nombre limité : Saipol, Cargill, et Huileries de Lapalisse. S’agissant de l’activité raffinage, le nombre d’intervenants est encore plus restreint avec essentiellement les sociétés Cargill et Saipol. Aujourd’hui l’activité de raffinage est maintenant liée, au niveau des entreprises, à la trituration et est également située dans des sites portuaires.

La concentration de l’industrie de l’huilerie se retrouve également dans le conditionnement et la commercialisation avec principalement les Sociétés Lesieur et Cargill, ainsi que les huileries de Lapalisse de façon plus marginale.

L’huile de tournesol constitue le volume le plus important des huiles conditionnées commercialisées, mais est de plus en plus souvent associée à d’autres huiles avec la commercialisation d’huiles combinées.

Les dernières décennies sont marquées par le développement de la consommation d’huile d’olive. La production nationale demeurant très limitée, les huiles d’olive commercialisées en France, sont des huiles d’assemblages en provenance des pays producteurs de l’Union Européenne, essentiellement Espagne et Italie.

La consommation alimentaire des corps gras était en diminution régulière en France comme dans l’ensemble des pays occidentaux, du moins jusqu’à la crise de 2009 qui semble avoir eu un impact sur la consommation à domicile. En revanche les utilisations industrielles qu’il s’agisse de bio-carburant ou d’autres applications non alimentaires, devraient continuer à se développer avec la mise en place d’une politique favorable au développement des ressources renouvelables.

De même la consommation des tourteaux oléagineux est appelée à continuer à croître, justifiant tout l’intérêt d’une production européenne d’oléagineux.

Le développement des utilisations des huiles et des tourteaux est donc encourageant pour l’industrie nationale de l’huilerie qui est par ailleurs totalement ouverte au marché mondial.

Huileries de France est partie prenante de l’interprofession, et à ce titre suit particulièrement la politique française spécifique pour les oléagineux, les règles internationales des échanges, mais également la qualité des graines oléagineuses et les conditions d’achat des graines oléagineuses, via des accords interprofessionnels.

Huileries de France représente les intérêts de ses adhérents pour tous sujets afférents à l’outil industriel : règlementation environnementale, sécurité des installations, codes de bonnes pratiques professionnels, qualité de huiles et des tourteaux, sécurité alimentaire, information du consommateur, statistiques professionnelles.

 
FNCG – 66 rue La Boétie - 75008 Paris – Tél. 01 82 73 00 66

« Conformément aux indications/recommandations  de la CNIL,  nous vous informons que ce site utilise les cookies. Par exemple, pour la fonctionnalité d'accès à l'espace adhérent "