Mai 2012- Résultats de l'étude sectorielle - analyses de cycle de vie colza et tournesol

Vous trouverez ci-dessous la synthèse du rapport final de l’étude ACEVOL (analyses de cycle de vie des huiles de colza et tournesol).
Sur demande auprès de fncg@fncg.fr une version plus longue est également disponible.
2012 05 31 Resume ACeVOL Corrige 2 (Pdf, 0,92 Mo)
 

Calcul des indicateurs pour des huiles françaises "de référence" (étude ACéVOL)

Acceder aux resultats (Image, 0,09 Mo)
2012 05 31 Resume ACeVOL Corrige 2 (Pdf, 0,92 Mo)

Télécharger tous les documents dans un fichier compressé
 

Une expérimentation de l'affichage environnemental

Les lois dites « Grenelle 1 » (article 54) et « Grenelle 2 » (article 228), prévoient de fournir au consommateur, à partir de 2011, une information sur les impacts environnementaux de produits qui lui sont proposés et ce, par catégories de produits, sous la forme d’une expérimentation volontaire pour une durée d’un an, à partir du 1er juillet 2011. En savoir plus...

 L’expérimentation nationale sur l’affichage environnemental, qui découle de la loi « Grenelle 2 »,  a été lancée officiellement par le Ministère de l’Ecologie le 3 novembre 2010 en même temps qu’un appel à candidatures. En février 2011, 168 entreprises ou groupements d'entreprises candidats, dont un tiers est issu du secteur alimentaire, ont ainsi été sélectionnées pour participer à cette expérimentation dont l’objectif est de tester les méthodes de calculs et la restitution de l’information au consommateur.

Une sémantique et des visuels communs ont été définis dans le cadre d’une étude réalisée par l’Institut de Liaisons et d’Etudes des industries de Consommation (ILEC) en partenariat avec le cabinet d’études Ethicity.

 Ce projet innove en proposant une information multi-critères autour de quatre grands thèmes :

Effet de serre
Eau
Biodiversite¦u
Ressources Naturelles
 

La FNCG dans l'expérimentation!

La Fédération Nationale des industries de Corps Gras rassemble les familles professionnelles des huiles, de la margarine, des bougies, des corps gras animaux, du savon et de la détergence.

 Elle participe à l’expérimentation à travers son programme collectif  ACéVOL - Analyses de cycle de vie de l’huile de colza et de tournesol.

 Le projet ACéVOL a été mis en place par une collaboration entre quatre intervenants du secteur : la FNCG, l’ONIDOL, l’interprofession des oléagineux, l’institut technique des oléagineux  le CETIOM, et le centre technique industriel des corps gras,  l’ITERG. ACéVOL permettra  de disposer d’éléments pour le secteur des huiles végétales afin de participer à l’élaboration de la base de données publique de l’ADEME

 Deux analyses de cycle de vie complètes, du champ (depuis les intrants agricoles) à l’assiette pour l’huile de colza et de tournesol ont été réalisées.

 Deux  résultats sont présentés pour chaque indicateur : huile raffinée en sortie de production non conditionnée et l’huile raffinée en bouteille de 1 Litre.

 Cette distinction permet aux entreprises utilisatrices d’huile raffinée dans leurs produits et aux entreprises de conditionnement d’intégrer ces résultats dans le calcul de leurs propres indicateurs. Les résultats donnés pour la bouteille d’huile donne à l’usager une référence moyenne d’une bouteille commercialisée en France de 1L, format le plus fréquent.

En raison du caractère expérimental de l’affichage environnemental, certaines données pourront être amenées à évoluer ultérieurement.

 

Affichage environnemental des produits alimentaires

Les indicateurs « émissions de gaz à effet de serre », « consommation d’eau » et « biodiversité » ont été retenus pour tous les produits alimentaires. Un appel d’offre national a été lancé par le Ministère de l’Ecologie pour la construction d’un indicateur biodiversité pour lequel il n’existe pas de méthodologie à ce jour.

Les calculs ont été réalisés en respectant un référentiel de bonnes pratiques disponible sur le site de la plateforme ADEME/AFNOR à l’adresse suivante : http://affichage-environnemental.afnor.org

 

Où trouver l'information?

 Les informations sur ces indicateurs environnementaux seront disponibles sur les sites internet d'entreprises et/ou via l’application Smartphone Proxi-Produit. Cette application, développée à l’initiative du Ministère de l’Ecologie, permet à chaque usager, en lisant un code à barres avec l’appareil photo numérique d’un téléphone mobile, de se renseigner sur les informations environnementales données par les entreprises. 
 

La méthodologie ACV

L’analyse du cycle de vie d’un produit, ou ACV, est une méthode reconnue et normalisée, qui consiste à étudier les impacts sur l’environnement de chaque étape de la vie du produit, avec plusieurs indicateurs (effet de serre, consommation d’eau, impacts sur la couche d’ozone, …). Cette méthode permet d’identifier les étapes du cycle de vie les plus néfastes sur l’environnement et celles dont les impacts environnementaux sont faibles voire négligeables. Par conséquent,  les résultats de cette analyse permettent de mettre en place des stratégies qui réduisent efficacement les impacts d’un produit sur l’environnement. Le projet ACéVOL consiste à analyser le cycle de vie de deux huiles représentatives de la situation française afin d’établir une valeur de référence sur chacun des indicateurs environnementaux étudiés.

La vie d’une huile est composée de plusieurs étapes  « du berceau au tombeau » (cradle-to-grave) :

 - la culture des matières premières (colza, tournesol), puis leur transport jusqu’au lieu de transformation ;

- la fabrication des matières premières nécessaires à l’emballage de l’huile ;

- l’étape de production, pendant laquelle les matières premières sont transformées (trituration, raffinage puis embouteillage) ;

- l’étape d’usage de l’huile par le consommateur ;

- l’étape de fin de vie de l’emballage, qui dépend en grande partie de sa recyclabilité et des gestes de tri du consommateur (recyclage des bouteilles).

 Le transport entre chaque étape est pris en compte.

 

Données du cycle de vie prises en compte dans le calcul des indicateurs

Acceder au schema des donnees ACV prises en compte pour les huiles (Image, 0,12 Mo)
 

Glossaire

*EFFET DE SERRE

Une partie des rayonnements émis par le Soleil est réfléchie par la Terre et conservée dans l’atmosphère ; cela permet de maintenir une température idéale sur Terre d’une moyenne de 15 °C. Ce phénomène naturel s’appelle l’effet de serre.

Du fait de l’activité humaine, la concentration des gaz à effet de serre (par exemple, le CO2) dans l’atmosphère augmente et emprisonne de plus en plus de rayonnements. La température de la Terre en est modifiée. Ce phénomène s’appelle le changement climatique.

Le changement climatique est un indicateur qui s’exprime en grammes équivalent CO2. Le CO2, ou dioxyde de carbone, est l’unité de référence : toutes les mesures de gaz à effet de serre peuvent être ramenées à une équivalence en grammes de CO2. Plus les émissions de gaz à effet de serre sont faibles, meilleur est l’indicateur.

Il existe six principaux gaz à effet de serre.

Les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas directement impliquées dans le phénomène de trou de la couche d’ozone.

Repère : à titre indicatif, en moyenne, un repas d’un français génère les émissions de 3 000 grammes équivalent CO2.
Source 2011 : Réseau Action climat France en partenariat avec l’ADEME.

**EAU

Au cours du cycle de vie d’un produit et de son emballage (production des matières premières, fabrication, transport, utilisation, fin de vie) de l’eau est utilisée pour diverses fonctions (irrigation, nettoyage, refroidissement etc.).

Cette consommation d’eau peut entraîner une diminution des réserves d’eau disponibles.  

Repère : à titre indicatif, un Français consomme environ 151 litres d’eau par jour pour l’ensemble de ses activités courantes (douche, chasse d’eau, vaisselle, linge, boisson, cuisine, etc.)
Source principale : « Repères : Consommation des ménages et environnement », mars 2011, Commissariat Général au Développement Durable, Service de l’observation et des statistiques


Particularités ACéVOL :
la consommation d’eau se mesure en litres. Elle ne comprend pas les eaux de refroidissement, de turbinage (dont les eaux de barrages), qui ne diminuent pas les réserves d’eau disponibles.

Les consommations d’eau prises en compte sont alors :
- l’eau nécessaire à l’irrigation,
- les eaux consommées lors du procédé de transformation de la graine et du    conditionnement en bouteille (eaux facturées aux producteurs d’huile),
- l’eau nécessaire à la fabrication des intrants de l’agriculture (engrais, semence, etc.) et du procédé de transformation (pour ces matières, les consommations d’eau sont extraites de base de données publiques ou privées).

 
FNCG – 66 rue La Boétie - 75008 Paris – Tél. 01 82 73 00 66

« Conformément aux indications/recommandations  de la CNIL,  nous vous informons que ce site utilise les cookies. Par exemple, pour la fonctionnalité d'accès à l'espace adhérent "